Real Madrid : Zidane à la rescousse du club, neuf mois après

Il avait porté le Real Madrid au sommet avec notamment une série inédite de trois Ligues de champions. Lundi, Zinédine Zidane a signé un retour retentissant à Madrid pour redorer le blason du club et remplacer Santiago Solari, rattrapé par les mauvais résultats.

« C’est un plus gros défi, bien sûr, c’est une deuxième fois, a reconnu lors d’une conférence de presse Zidane, qui a paraphé un contrat jusqu’en 2022 pour « rebâtir la « Maison blanche ».

En mai dernier, après un nouveau titre européen sur le banc merengue, Zidane prenait de court tout le monde en annonçant son départ de la Maison blanche. Le technicien français était alors pressenti pour prendre les rênes de la Juventus Turin, l’équipe de France championne du monde paraissant hors d’atteinte dans l’immédiat.

Mais sa fidélité au club madrilène et son amitié pour le président Florentino Pérez ont convaincu « Zizou » d’écourter son année sabbatique pour venir au chevet d’une équipe en pleine déliquescence ces dernières semaines : deux clasicos perdus face au FC Barcelone et une humiliation européenne contre l’Ajax Amsterdam en 8e de finale de C1 (2-1, 1-4).

– Contrat jusqu’en 2022 –

Le Real Madrid a nommé Zidane « avec effet immédiat » pour la fin de cette saison et les trois suivantes, signe que ce nouveau mandat doit s’inscrire dans la durée. Avec un gros risque pour le champion du monde 1998 : celui de gâcher son bilan d’entraîneur, jusque-là impeccable.

Mais qu’est ce qui a pu motiver ce retour ? Plusieurs raisons sont avancées par la presse : l’ancien capitaine de l’équipe de France, qui avait opéré un come-back similaire sous le maillot des Bleus en 2005 après avoir annoncé sa retraite internationale, a peut-être obtenu de Pérez des garanties, notamment pour le mercato, lui qui avait appelé de ses voeux « du changement » en mai dernier.

« Là maintenant, non, je ne pense pas du tout à ça », a évacué Zidane.

L’an passé, Le président du Real n’avait pas pu le convaincre de rester et son absence s’est lourdement ressentie.

Concernant l’ancien entraineur Solari, celui-ci paie les mauvais résultats récemment enregistrés par les Merengue. D’abord intérimaire, Solari a certes remporté en décembre le Mondial des clubs. Mais entre ses conflits avec les joueurs (Bale, Isco, Marcelo) et sa semaine noire, l’Argentin trouvait le costume de Zidane sans doute un peu large.

Après la 27e journée ce week-end et à 11 matches de la fin de la Liga, le Real (3e, 51 pts) est confronté à un incroyable défi, à la hauteur des prouesses de l’entraîneur Zidane : tenter de refaire son retard de 12 points sur le leader Barcelone (1er, 63 pts) pour sauver sa saison.

Samedi, les Merengues accueilleront le Celta Vigo à l’occasion de la 28e journée de Liga. Après une semaine noire marquée par une double défaite contre le FC Barcelone et une élimination en 8es de finale de la Ligue des champions, les Merengue ont fini par se relancer dimanche sur le terrain de Valladolid (1-4). Un succès qui peut servir d’électrochoc aux triples champions d’Europe, en plein doute. En face, les résultats sont toujours en berne pour le Celta Vigo qui reste sur deux défaites contre Eibar (1-0) et le Betis Séville (0-1). Le club galicien, actuel premier relégable, court après une victoire depuis 5 matches.

Real Madrid vs Celta Vigo : à vous de placer un pari sur « Match et Buts » !