Coupe de France : Auxerre surprend Nantes 4-3

Nantes, 5e de Ligue 1, s’est fait surprendre par Auxerre (3-4), 12e de Ligue 2, mardi en 16e de finale de la Coupe de France, malgré pléthore d’occasions en sa faveur, mais les Canaris ont été punis pour leurs manquements défensifs flagrants.

Après l’élimination en Coupe de la Ligue (3-1), chez la lanterne rouge de Ligue 2, Tours, Claudio Ranieri, qui avait alors aligné une équipe composée à 90% de remplaçants, avait promis qu’on ne l’y reprendrai plus.

Et de fait, hormis Diego Carlos sur le banc, remplacé par Koffi Djidji dans l’axe, et Maxime Dupé dans les buts, en vertu de la rotation instaurée avec Ciprian Tatarusanu, son onze de départ ressemblait beaucoup à une équipe-type.

Nantes s’est pourtant retrouvé mené 0-3 au bout de 34 minutes, sur des buts de Brahim Konaté (6), Nicolas Pallois (csc, 32) et Aye, des buts où sa défense a semblé à chaque fois extrêmement laxiste.

« C’est incroyable. Il n’est pas possible de donner des buts comme ça », s’est lamenté l’entraîneur Claudio Ranieri après le match.

Offensivement, les Canaris ont pourtant été très séduisants, multipliant les frappes sur les cages de Quentin Westberg par Lucas Lima (4), Adrien Thomasson (7), Jules Iloki (15, 22) ou Abdoulaye Touré (20), mais sans trouver la faille.

Avant la pause, Thomasson, d’une très belle frappe de 28 mètres poteau rentrant parvenait à réduire le score et calmer un peu les grondements de la Tribune Loire (1-3, 38), suivi d’une double parade de Westberg sur une tête de Thomasson et une reprise d’Iloki aux point de pénalty (40).

Nantes reprenait le siège du but bourguignon et revenait à égalité sur un tir puissant de Léo Dubois sous la barre (2-3, 51) et un doublé de Thomasson (67).

Westberg était encore héroïque face à Iloki (53), Emiliano Sala (57) et Dubois (61). Et quand il était battu la transversale sur un coup-franc de Lima (65), une frappe de Thomasson (74) ou le poteau sur la reprise de Sala qui suivait (74).

« Je pense que ce soir on a eu plus d’occasions de but que pendant tout le championnat », a déclaré Ranieri, exagérant à peine.

À 3-3, il était difficile d’imaginer comment l’AJA allait résister aux déferlantes jaunes et vertes encore longtemps.

« Celui qui dit non, c’est un menteur », a répondu l’entraîneur bourguignon, Pablo Correa, lorsqu’on lui a demandé s’il doutait à ce moment-là.

« Mais avoir des craintes ça fait partie de ce métier. Mais il y a une chose que je sais aussi depuis le peu de temps que suis là: je sais qu’on est capable de marquer à n’importe quel moment. Et ça aussi ça s’est confirmé aujourd’hui », a-t-il ajouté.

Et, de fait, le match a fini par basculer en sa faveur sur l’expulsion de Lima, pour une faute en tant que dernier défenseur (72).

Quatre minutes plus tard, Konaté, à la limite du hors-jeu, partait dans le dos de la défense, et servait en retrait Ibrahim Sangaré qui offrait un exploit mémorable aux Auxerrois, qui verront les huitièmes de finale de la compétition.

Fin de parcours pour Nantes qui se rendra sur la pelouse de Guingamp samedi dans le cadre de la 23e journée de L1. En proie au doute, Nantes court derrière une victoire depuis 3 journées, battu sur ses bases par Paris (0-1) et Bordeaux (0-1) et tenu en échec à Toulouse (1-1). Une mauvaise dynamique qui a fragilisé la cinquième place des Canaris, désormais partagée avec Nice. En face, Guingamp traverse aussi une période difficile. Les Bretons, 9e au classement, restent sur deux défaites de rang en L1 concédée à la maison contre Lyon (0-2) puis à l’extérieur sur la pelouse d’Amiens (3-1).

Guingamp vs Nantes : et si vous tentiez un pari sur « Mi-temps/Fin de match » ?